Bon allez, je m'y mets.
Ce n'est pas facile, suivant les jours, suivant le moral, suivant ses malaises, je rie ou je pleure!

Jean-Pierre, mon homme, mon mari, mon amour a eu un infarctus!

Je vous passe les détails sur les péripéties du samu974, de la non présence du smur, du transport non stabilisé pour au final qu'il se retrouve à Sainte Clotilde sur une table d'opération entre les mains expertes du Dr Geyer.
Le problème, c'est qu'entre le début de la crise et le moment ou ce brave Dr Geyer a enfin pu rétablir la circulation sanguine autour de son cœur, il s'est écoulé 5 heures. Bilan: le cœur a morflé et il n'a plus que 57% de fonctionnement.

Bon, maintenant le plus gros étant passé, l'homme se repose !

Il est en convalescence à la maison. Il attend les prochains exams (ECG/Échographie du cœur/test d'effort) pour commencer la rééducation à l'hôpital. En attendant et depuis cette semaine seulement il a le droit de marcher un peu, donc on se ballade.

Le moral va et vient suivant son cœur, la pluie et le beau temps, les filles (en plus c'est les vacances, enfin elles reprennent demain), les nouvelles de l'aéroport (qui après avoir fait le formulaire d'accident du travail un peu forcé par un préavis de grève général, ont décidé de contester le caractère "d'accident de travail", donc il y a enquête de la sécu, on n'est pas sortis de l'auberge), ses idées pessimistes ou optimistes ...

Le temps va être long d'ici à la fin décembre (voir plus, c'est le cœur qui décide)!

Pour arranger les choses, les médecins (aussi bien les cardios, les généralistes, le psy) ne savent pas si il pourra reprendre son boulot à la tour! Ça n'arrange pas son moral. Il lui faut apprivoiser l'idée et réfléchir sur une orientation.

Et moi je gère, (enfin pas tout) les filles et les vacances, les malaises de l'homme, LoLa son épilepsie son traitement sa ptite tête remplie d'on ne sait quoi qui a été bien chamboulée par l'accident de son papa, Lou qui a vu son papa descendre de la tour sur une chaise "bien fatigué" et "Papa il fait dodo à l'hôpital, et quand il va rentrer papa?", Zoé ptite mère courage qu'il faut rassurer, les aller retour à la clinique, le retour à la maison les papiers et tout et tout, et puis la petite intendance (vaisselle, ménage, linge, repas, courses ... ), et l'argent, on finit toujours par en revenir là, comment faire avec un salaire certes plein (pour 5 mois si la direction de l'aéroport n'a pas encore menti) mais amputé des primes (- 400€ environ) ...

A propos, il faut que je remercie encore Geneviève et Yves Daffreville (sans oublier les filles) qui ont tout fait pour nous, du début au retour de la clinique. Je n'ai pas de mot assez gentil pour leur dire MERCI.


Et moi? Et bien moi, j'ai peur !!! J'ai eu peur et j'ai encore peur !!!